Enfance Palais de Tokyo

Cela faisait bien longtemps qu’aucune exposition du Palais de Tokyo ne m’avait tentée.

Mais cette nouvelle saison, intitulée Enfance, m’a réconciliée !

Plusieurs artistes nous replongent dans nos souvenirs et autres jeux d’enfants.

Tout commence par un accueil magistral : une maison de poupée recouvre la façade du Palais, œuvre plus grande que nature ! On passe ensuite dans une salle de classe avec des bureaux d’écoliers grand format avant de passer devant un mur recouvert d’un abécédaire.

D’autres œuvres sont plus compliquées à décoder, comme souvent dans ce lieu…!

Ne manquez pas la sieste des clowns, une salle habitée d’une vingtaine de personnages haut en couleur qui semblent endormi.

Perle de cette expo : l’œuvre de Laure Prouvost qui vient d’être choisie pour représenter la France à la Biennale de Venise en 2019.

Ces œuvres nous permettent de réfléchir sur notre passé qui influe sur la construction de nos identités. Une sorte de madeleine de Proust !

Publicités

Derain – Beaubourg

En voilà une expo colorée ! Derain à Beaubourg – ce peintre qui a 26 ans seulement a inventé le Fauvisme, avec Henri Matisse. C’est le « Christophe Colomb de l’art Moderne » selon la mécène Gertrude Stein. En plus de proposer des tableaux aux couleurs violentes et pures, il s’est essayé à la sculpture, à la céramique, au dessin, à la gravure sur bois, au cinéma mais surtout à la photographie – qui nourrira sa créativité jusqu’à la fin de sa vie.

Il s’inspire de Londres pour en faire une grande série, offrant un nouveau visage de cette ville, à priori grisâtre.

Irving Penn – Grand Palais

Encore une jolie exposition au Grand Palais ! Pour le centenaire de la naissance d’Irving Penn le musée s’est livré à une (petite) rétrospective. Élégante simplicité et rigueur remarquable pour ce photographe de mode qui a marqué son temps et le monde de la mode, entre autre.

Splendides portraits de Pablo Picasso, Yves Saint Laurent, Audrey Hepburn, Alfred Hitchcock… il a traité le corps en portrait (habillé) et des nus (aussi) ainsi que des natures mortes.

Il disait : « J’ai toujours été fasciné par l’appareil photo. Je le reconnais pour l’instrument qu’il est, mi-Stradivarius, mi-scalpel. » c’est dire la précision de ses ‘clic’.

Il savait faire ressortir l’intensité d’un regard avec comme simple décor un rideau, rideau d’ailleurs présenté comme œuvre au mieux de l’exposition.

Preuve s’il en fallait encore une, que la photo est un véritable art et que l’IphoneX ne suffi pas (même s’il fait de belles photos 😉

Galerie Azzedine Alaïa – Entre l’art et la mode: la collection Carla Sozzani

C’est au détour d’une balade dominical dans le Marais, rue de la Verrerie, que j’ai découvert cette galerie, au fond d’une cour intérieure.  Cette galerie atypique est la galerie d’Azzedine Alaïa. Pour quelques semaines, le couturier a ouvert ses portes à la chic-issime expo photos de son amie Carla Sozzani.  On y retrouve des œuvres de Man Ray, d’Helmut Newton, Cecil Beaton et encore quelque 70 autres photographes très connus. Plus de 200 photos, quasiment toutes en noir&blanc choisi avec soin par Fabrice Hergott, le directeur du musée d’Art Moderne de Paris. Portraits uniquement de femmes, stars ou d’anonymes, nues ou habillées.

Une nouvelle sortie alliant mode & art avec une pointe de créativité, d’élégance et d’intelligence comme on aime 😉