Franz West – Beaubourg

Je me faisais une joie d’aller à rétrospective de Franz West à Beaubourg, depuis que je l’avais découvert lors de la dernière Fiac hors les murs. Il y avait l’une de ses œuvres aux Tuileries, en face de la place Concorde.

En ce samedi pluvieux, après 30 minutes d’attente (sous un savoureux petit crachin parisien) me voilà, enfin, arrivée au niveau 2 du centre Pompidou.

Bon… et là je dois vous avouer que j’ai été quelque peu déçue. Je m’attendais à des œuvres monumentales, colorées et j’y ai trouvé des très petits dessins et des gouaches, qui seraient influencées par Klimt. Il y avait aussi des installations manipulables : ça c’était chouette et des sculptures en papier mâché.

Et enfin : le graal, ma récompense, la réponse à ma quête de cet aprèm exposition, des immenses fauteuils rose en forme d’anus. Il a en effet créé des centaines de sculptures d’extérieur, considérées comme des répliques humoristiques. On ne peut quand même pas lui enlever qu’il a une capacité d’invention plastique exceptionnelle.

Une fois de plus, Beaubourg nous transporte dans l’univers d’un artiste, lui offre une scène d’expression et nous donne à voir, découvrir nous, pauvres petits visiteurs de nouvelles créations.

Publicités

La belle vie numérique Fondation EDF

Voilà depuis plusieurs semaines que la fondation EDF se faisait une beauté. C’est avec un grand plaisir que nous l’avons ré-visité en ce samedi après-midi. L’exposition est consacrée à l’art numérique.

Enfin non, pardon, dès l’entrée , on nous indique que « ceci n’est pas une expo d’art numérique mais le regard porté par 30 artistes contemporains sur la transformation de notre vie quotidienne avec l’apparition d’Internet et des technologies numériques »

On déambule à travers 2 parcours et on découvre la vision de ces artistes – la façon dont ils inventent des nouvelles manières de faire et de penser. Car oui la révolution technologique touche aussi l’art. À en voir ce tableau de Rembrandt, entièrement fait par un ordinateur.

Mais aussi comment (malheureusement, ou heureusement) les outils de création sont influencés par les GAFA.

La technologie est partout, elle peut aussi venir des plantes. On touche du lierre et la musique résonne.

J’avoue avoir été plus souvent émerveillée par des expositions dans ce lieu. Mais il était intéressant de voir comment la technologie empiète partout.